Prothèse Totale

Qu'est ce qu'une prothèse totale du genou (PTG)?

La prothèse de genou est constituée d’implants permettant le remplacement de l’articulation usée.

Elle comporte un carter fémoral, une embase tibiale, tout deux en alliage de Chrome-Cobalt et un plateau en polyéthylène (PE). Lorsque la rotule est usée, elle est resurfacée par un implant en PE.

Les implants fémoraux et tibiaux peuvent être impactés en “press-fit” pour une tenue d’emblée ou bien cimentés. Les implants impactés sont revêtus d’HAP (hydroxyapatite) ou d’un spray Titane permettant une pousse osseuse au contact de la prothèse.

Vue éclatée d'une prothèse totale

Qui est concerné?

Signes radiologiques d'une arthrose du genou

L’arthroplastie totale ou prothèse totale de genou s’adresse aux patients présentant une arthrose avancée du genou douloureuse après échec du traitement médical.

Le genou est une articulation à 3 compartiments: les compartiments fémoro-tibiaux interne et externe et le compartiment fémoro-patellaire.

L’usure d’au minimum 2 compartiments sur 3 est nécessaire pour poser l’indication d’arthroplastie totale. Dans les autres cas, les arthroplasties unicompartimentale et fémoro-patellaire peuvent trouver leur place. Il existe néanmoins des exceptions (cf prothèse unicompartimentale et prothèse fémoro-patellaire)

Habituellement, la prothèse totale est proposée à partir de 60 ans.

Chaque situation est néanmoins particulière et dans quelques cas d’arthrose précoce (post-fracture, post-rhumatismale, etc…), cette limite peut être abaissée.

L’arthrose du genou peut avoir plusieurs causes. Elle est soit primitive (liée à l’âge) soit secondaire (instabilité chronique, fracture articulaire, pathologie rhumatismale, méniscectomie, etc…)

L'intervention

L’intervention dure environ 1 heure. Elle est réalisée sous anesthésie générale.

Une incision au bord interne de la rotule est réalisée.

Les coupes osseuses sont réalisées avec l’ancillaire adapté (guide de coupe) puis les implants sont mis en place après réalisation d’essai assurant le bon positionnement de la rotule, la bonne épaisseur du PE.

La cicatrice est fermée par agrafes afin d’assurer une bonne résistance aux exercices de rééducation.

Une fois remonté de la salle de réveil (environ 1h30), vous êtes réinstallé dans votre chambre. L’attelle de cryothérapie (antalgie par le froid) est ajustée.

Quelles sont les complications potentielles?

Complication grave nécessitant une réintervention et une antibiothérapie ; sa fréquence est de 1.5%.
L’arthroplastie totale permet d’attendre une flexion jusqu’à 120-125° voire plus. Dans quelques cas, un enraidissement précoce peut survenir (difficulté à fléchir) soit en raison d’un défaut de rééducation, soit en raison d’une inflammation importante. En l’absence d’amélioration, il peut être proposé de mobiliser le genou sous anesthésie générale pour rompre les adhérences gênantes.
Les résultats des PTG sont un peu moins bons que ceux de la prothèse de hanche. Le résultat définitif est évalué à 6 mois.
Les facteurs de risque identifiés de douleur après PTG sont: le sexe féminin, une chirurgie trop précoce, une chirurgie trop tardive. Le bon moment est à évaluer avec le chirurgien.

Le descellement est le “décollement” de l’implant de l’os ou du ciment de l’os. Il est d’origine mécanique ou infectieuse et nécessite une reprise chirurgicale.
La consommation de tabac et/ou de cannabis avant (jusqu’à 6-8 semaines avant l’intervention) et après l’intervention augmente les complications de cicatrisation (désunion, lâchage de suture,…), d’infection et de retard de consolidation osseuse.

En chirurgie orthopédique, un fumeur a 31% de risque de développer une complication de la cicatrisation contre 5% pour le non fumeur.

Entre autre constituant néfaste de la fumée, le monoxyde de carbone diminue l’oxygénation des tissus et la nicotine interfère dans le métabolisme du collagène un des constituants de la peau.

Il est donc recommandé d’entamer un sevrage tabagique 6 à 8 semaines avant une intervention et de poursuivre au minimum 3 semaines à 3 mois postopératoire.

Avant l'intervention

Pour limiter le risque infectieux, un bilan complet est réalisé à la recherche de foyers infectieux avec bilan dentaire (avec votre dentiste), analyse d’urine (ECBU), analyse sanguine et radiographie pulmonaire.

Le reste du bilan comporte obligatoirement une consultation cardiologique et des radiographies du genou.

Dans certains cas, une consultation avec un Infectiologue est préconisée.

Tout ce bilan est prescrit lors de la consultation.

La consultation d’anesthésie vous sera donnée par le secrétariat dans le mois précédent l’intervention avec l’un de nos 3 anesthésistes (Drs Claverie, Laffon, Jacques). Pour le bon déroulé de ce rendez-vous, vous devrez vous présenter avec l’intégralité du bilan.

Vous reverrez dans la mesure du possible le Dr GREINER après la consultation d’anesthésie qui vérifiera la bonne qualité des radiographies et répondra à vos questions subsidiaires.

Dernière étape: voir l’une des infirmières de la RRAC (Récupération Rapide Après Chirurgie) dont la salle de consultation se trouve juste devant le cabinet. Elle vous expliquera les soins infirmiers prodigués après l’intervention et la surveillance réalisée pendant 15 jours: un suivi sur une plateforme internet vous sera proposée.

La rééducation est importante pour la PTG.

Elle pourra être réalisée en ville avec un kiné disponible ou en centre de rééducation en hôpital de jour (rééducation quelques heures/jour, 5 jours/semaine). La demande en centre est faite le jour de la programmation de l’intervention.

Il est judicieux pour vous faciliter la vie de prendre les rendez-vous en cardiologie et en radiologie le même jour que la consultation d’anesthésie.

Vous n’aurez alors qu’à réaliser le bilan dentaire, analyse de sang et d’urine en ville.

Si vous avez un suivi cardiologique en dehors de la clinique, vous pouvez tout à fait voir votre spécialiste pour le bilan préopératoire.

Anticipez les suites opératoires:

  • Retirer ou fixer les tapis au sol
  • Surélever les assises basses et les lits bas pour faciliter les levers
  • Prévenir les équipes d’infirmières libérales et kiné de vos soins post-opératoires
  • Remplir le garde manger!

Les suites opératoires

Le lever est précoce et réalisé le jour même par le kiné du service.

Le lendemain la marche est possible en autonomie avec cannes.

La sortie est autorisée à J1 ou J2 habituellement. Pour les patients motivés, sans antécédents médicaux importants et avec un environnement familial favorable, une chirurgie ambulatoire (sortie le même jour) peut être proposée.

Les soins de pansement seront réalisés 2 fois par semaine.

Un traitement anticoagulant est prescrit pour 35 jours.

La rééducation est poursuivie avec un kiné de ville ou en centre de rééducation. Elle comporte la récupération des amplitudes de l’articulation, du drainage lymphatique, un réveil musculaire, etc…

La reprise de la conduite est autorisée à 3 semaines-1 mois.

La reprise des activités physiques du type vélo sont repris assez rapidement dans le cadre du rodage articulaire. La natation peut être reprise à J45.  Il n’est pas conseillé de reprendre des sports d’impact à terme. Il est toutefois possible de skier.

Radiographie : contrôle post-opératoire d'une prothèse totale de genou
Contactez-nous
Adresse

Clinique des Cèdres, Château d’Alliez, Route de Mondonville, 31700 Cornebarrieu

Téléphone

05 62 13 32 52

E-mail

contact@dr-greiner-orthopedie.fr